PALOMINO

Une petite fille à Salamanque

Née à Cantalpino (Salamanque, Espagne) le 15 décembre 1899, Eusebia Palomino Yenes eut une enfance pauvre, mais heureuse et pleine de foi dans la très pauvre maison où son père, sa mère et ses sœurs alt=”Ouvrir le fileernaient le travail et la prière dans un climat d’amour réciproque et de bienveillante charité envers tous.

Apprendre de son travail

Sa propre vie est très tôt marquée par des journées fatigantes de travail, au service des familles du village, puis aussi en ville.

Son amour pour l’Eucharistie

Elle a appris les premières notions du catéchisme avec beaucoup d’intérêt de son propre père, et cela lui permit de recevoir le “Pain du Ciel” à neuf ans. Eusebia a vécu alors dans son intimité quelque chose de grand et d’ineffable : l’étincelle d’un intense amour envers Jésus dans son sacrement a jailli, amour qui lui donne “un grand bonheur” à chaque rencontre eucharistique.

Enfin, une Fille de Marie Auxiliatrice

Cet amour la porte à vaincre toutes les difficultés, et à surmonter la tendre affection qu’elle nourrissait envers sa famille, pour se consacrer entièrement au Seigneur comme Fille de Marie Auxiliatrice en 1924.

Les filles attirées par sa spiritualité

Destinée à la maison de Valverde del Camino (diocèse de Huelva), elle y fut chargée de la cuisine et de différentes autres responsabilités dans la communauté, auxquelles elle se prêta avec une amabilité de service et une joyeuse disponibilité. Au patronage du dimanche elle suivait les plus petites filles avec un apostolat très efficace, mais elle se retrouvait souvent entourée aussi par les jeunes filles et même par des adultes, attirés par son esprit de prière et de foi convaincue et convaincante. Elle avait un désir profond de “faire résonner la prière dans chaque maison”, afin que la Passion du Seigneur soit honorée par chaque âme.

Sa mort

Elle se faisait la propagatrice infatigable de la dévotion aux Plaies du Seigneur grâce à ses nombreuses lettres, pour obtenir le pardon et la miséricorde pour tous les pécheurs.
Sœur Eusebia s’offrit au Seigneur en 1931, à la veille de la révolution, en victime pour le salut de ses frères de l’Espagne et du monde. Elle vécut pendant trois ans des souffrances indicibles en un crescendo d’attente joyeuse du Paradis, qui s’ouvrit à elle le 10 février 1935. Sa dépouille repose à Valverde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom