VERSIGLIA

A douze ans, il fut accueilli par don Bosco

Luigi Versiglia naquit à Oliva Gessi, dans la province de Pavia, le 5 juin 1873. Depuis son enfance il servait déjà la messe, au point que les gens le voyaient déjà comme prêtre, mais Louis ne voulait pas en entendre parler, parce qu’il voulait devenir vétérinaire.

A douze ans, il fut accueillit par don Bosco, qui le fascina au point de le faire changer d’avis. En 1888, peu de temps après la mort du saint, Louis fut frappé par la cérémonie de remise du crucifix à sept missionnaires et décida de se faire salésien, avec l’espoir d’aller en mission.

Après une maîtrise en philosophie, il fut très vite prêt pour l’ordination sacerdotale qui eut lieu en 1895.

Maître de novices à seulement 23 ans à Genzano di Roma

Don Rua le nomma maître des novices à seulement 23 ans à Genzano di Roma, ce qu’il fit pendant dix ans avec bonté, fermeté et patience.

Réclamés avec insistance par l’évêque de Macao, six salésiens arrivèrent en Chine en 1906, guidés par don Versiglia. Ils réalisèrent ainsi une prophétie plusieurs fois répétée par don Bosco.

Chine: évêque de la mission de Shiuchow

Une fois la “maison mère” salésienne établie à Macao, on ouvrit aussi la mission de Heungchow. Don Louis anima le territoire à la manière de don Bosco, en constituant une fanfare très appréciée. Il ouvrit des orphelinats et des oratoires.

En 1918 les salésiens reçurent du Vicariat apostolique de Canton la mission de Shiuchow, et, le 9 janvier 1921, don Versiglia en fut consacré évêque.

Sage, infatigable et pauvre, il voyageait continuellement pour visiter et encourager les confrères et les chrétiens du territoire. A son arrivée les villages étaient en fête, surtout les enfants.

Un vrai pasteur

Il fut un vrai pasteur, tout à fait dévoué à son troupeau. Il donna une structure solide au Vicariat avec un séminaire, une maison de formation, projetant lui-même différentes résidences et hospices pour les anciens et les nécessiteux.

Il soigna avec conviction la formation des catéchistes. Il écrit dans ses notes: “Le missionnaire qui ne serait pas uni à Dieu est un canal qui se détache de la source”. “Le missionnaire qui prie beaucoup, fera aussi beaucoup”. Comme don Bosco il était un exemple de travail et de tempérance.

Entretemps la situation politique en Chine était devenue très tendue, surtout par rapport aux chrétiens et aux missionnaires étrangers. Les persécutions commencèrent.

Martyr

Le 13 février 1930, avec don Caravario, l’évêque est à Shiuchow pour la visite pastorale dans la mission de Linchow. Quelques garçons et jeunes filles les accompagnent qui ont étudié à Shiuchow. Le 25 février un groupe de pirate d’orientation bolchévique arrête la barque de l’évêque, en cherchant à prendre les jeunes filles. L’évêque et don Caravario les en empêchent de toutes leurs forces.

Ils sont frappés avec force et finalement fusillés. Avant d’être tués, ils réussirent à se confesser mutuellement. Leur dernier souffre fut pour les âmes de leur Chine tant aimée.

Paul VI les a déclarés martyrs en 1976, Jean-Paul II les a béatifiés en 1983 et canonisés le 1er octobre 2000

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom