image vide

Méditation des textes du cinquième dimanche du temps ordinaire Année A

De la qualité du Chrétien et non de la quantité des personnes

En ce cinquième dimanche, nous sommes autour de Jésus sur la montagne pour L’écouter. Comme toujours, Il nous livre le cœur même de Dieu, ce que Dieu est pour nous. Quand nous parlons de nous, entendons-nous, il est question des disciples de Jésus. Ceux qu’Il a choisis, appelés pour leur montrer le chemin du Père et enfin, ceux qu’Il envoie dans le monde pour montrer et démontrer l’amour bienveillant du Père, un Père qui se penche sur l’homme pour lui redonner sa dignité de fils. C’est autour de Jésus que nous sommes invités à rester en ce jour. Nous, cette foule considérable, chrétiens éparpillés partout dans le monde, nous nous laissons pénétrer par les Paroles de Jésus.

Au temps de Jésus, Palestine de nom et non de fait, ceux qui suivent Jésus ne sont pas plus nombreux que ceux qui ont décidé suivre d’autres chemins : recherche sans frein de gain, violence pour obtenir frauduleusement les choses, injustice de tout genre, corruption des mesures, refus de l’équité, refus du vrai pour faire groupe avec les puissants et décideurs du monde… Les chrétiens, hier et aujourd’hui, ne sont pas plus nombreux que les autres, c’est un petit groupe, un petit reste qui doit résister contre la tentation parfois trop grande pour dévier et suivre les autres. Nous sommes une poignée d’hommes et de femmes, d’enfants et de vieillards, bref, les exclus et les marginalisés, ceux qui ne sont rien aux yeux des grands de ce monde, une goutte d’eau dans l’océan.

Aussi, ces petites gens subissent-elles des persécutions : ils sont exclus des synagogues, des assemblées des puissants de ce monde, des grandes réunions qui certes les concernent. Comme la communauté de Matthieu, comment suivre Jésus si on est un petit reste ?

La méditation que je propose veut essayer de répondre à cette interrogation. Qu’est-ce que Jésus nous donne comme réponse aujourd’hui, nous qui nous disons petit comme groupe ? Ce n’est pas le nombre qui compte, c’est la qualité d’être qui est capable de changer le cours des choses. Si notre monde hier et aujourd’hui met l’accent sur le pouvoir de l’avoir, Dieu, dans la personne de Jésus, nous invite à être ferme, essentiel et ouvert. L’être ferme s’appuie sur Dieu seul, Dieu seul en toutes choses, la CONFIANCE EN DIEU, essentiel qui retrouve Dieu dans les choses essentielles, DIEU MON BONHEUR ET MA JOIE, parce que nous sommes enfants de Dieu et Lui ne peut pas nous abandonner, ouvert est la pratique de la CHARITÉ. Autrement dit, même si vous n’êtes qu’un petit groupe, c’est votre attachement à Dieu qui fera de vous des êtres capables de changer le monde. C’est par l’amour que vous aurez les uns pour les autres qui fera de vous mes disciples.

À partir de ce moment, nous pouvons comprendre les images qui nous sont données : le sel et la lumière. Vous êtes le sel de la terre : sel pour donner du goût au repas et conserver ce qui peut vite se faner. De cette image, nous pouvons comprendre le rôle essentiel du disciple du Christ. Donner la saveur, du goût et permettre à la terre de garder sa forme originelle. Une fois encore, nous sommes devant la symbolique de la QUALITÉ et non la QUANTITÉ. Le sel, pour donner toute sa valeur, n’a pas besoin d’être en grande quantité, une petite quantité, une pincée suffit pour rendre un repas agréable au palais et conserver une grande quantité de choses. Pour mémoire, on peut faire appel à ces images de LEVAIN, de GRAINE DE MOUTARDE pour exprimer la même idée. Pour soulever une pâte, une petite quantité de levain suffit. Le grand arbre est le fruit d’une petite graine. Mais arriver à soulever la pâte, à devenir grand arbre, il faut garder toute sa valeur. Cette valeur est donnée par Jésus dans l’écoute attentive de sa Parole.

Vous êtes la lumière du monde. Et Dieu dit : que la lumière soit, et elle fut. La lumière est venue dans le monde, et le monde a préféré les ténèbres. Ta Parole Seigneur, une lumière sur mes pas, la lampe de ma route. Lumière des Nations, Jésus Christ, celui qui marche à ta suite ne marchera pas dans les ténèbres. Dans les obscurités noires, il suffit d’une petite lumière qui ne s’éteint jamais pour guider nos pas. Vous êtes la lumière du monde. Des satellites autour de Jésus pour nous nourrir de sa lumière pour pouvoir éclairer le monde. Sel et Lumière pour le monde, une lumière juste, mesurée, pesée sans laquelle on devient aveugle, une quantité mesurée, comptée de sel sans laquelle, on perd toutes les qualités du repas qui devient, du coup, incomestible.

Alors comment garder l’être sel et lumière ? Se laisser regarder par Jésus et se mettre à le regarder pour nous laver dans sa Lumière. C’est le disciple qui est sollicité à rester longtemps avec Jésus pour apprendre de Lui comme éclairer, conserver et adoucir les hommes et les femmes de notre monde. L’ouverture aux frères et sœurs de Jésus, l’action de grâce parce que tout est don et grâce et enfin la confiance en Dieu. Ce n’est point par le nombre que tu vaincras, reste solide dans la vie en Dieu, Il fera le reste avec le peu que tu es. Petit troupeau, n’aie pas peur, le Pasteur est toujours là pour achever son œuvre.

Loué soit Jésus Christ !

Père ALAKOU Eric Yawo
Père Eric ALAKOU, sdb

 

 

PARTAGER
Article précédent3-3
Article suivant4-2
I am a web developer who is working as a freelancer. I am living in Saigon, a crowded city of Vietnam. I am promoting for http://sneeit.com

3 Commentaires

  1. A jamais que Christ nous donne la grace d être toujours malgré les vents et marées d être sel et lumière de ce monde Amen. Très belle méditation mon Père soyez bénis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom