image vide

Dieu ou l’argent?

Comment nous y prendre ?

(Mt 6, 24-34)

« Un coup de tonnerre dans un ciel serein », a-t-on envie de dire en lisant cette Parole de Dieu de ce 8ème dimanche du Temps ordinaire.

A une époque où la vie semble devenir difficile, où l’on cherche à joindre les deux bouts, où l’on se cherche une bonne place dans la société, où l’on veut profiter au maximum des commodités et fuir à tout prix la pauvreté, comment comprendre l’intervention de Jésus dans une société ‘’normale’’ avec ses caractéristiques propres?

Comment le comprendre vraiment s’il faut tout de même se nourrir, s’habiller, répondre de ses engagements, participer à l’une ou l’autre des cotisations dans nos groupes et mouvements?  Jésus n’était-il pas en train de s’adresser à d’autres personnes de son époque? Son message d’aujourd’hui me concerne-t-il réellement ?

Voilà autant de questions et d’idées que l’on peut se faire en écoutant ce passage évangélique.

Aussi normales que légitimes soient-elles, ces idées, on peut bien se rendre compte aujourd’hui comme hier, que l’argent tend à désorienter l’homme, à le rendre conflictuel et pire, orgueilleux dans la recherche de son autonomie.

Bien plus, l’on cherche et recherche souvent l’argent au grand risque de priver les autres du minimum. Et si tel n’est pas le cas, les corrompre ou les exploiter pour atteindre ses fins sont des alternatives.  On peut même s’excuser et ne pas aller à la messe dominicale parce que les « affaires brulent ». Ainsi l’argent s’érige en maître de la vie sans souci du Maître de la Vie, même si l’on croit en Lui.

De fait Jésus ne s’oppose aucunement à notre bien-être. Son intention n’est non plus de nous rendre paresseux, mais que l’on donne la juste place à l’argent et à sa recherche. « Aucun homme ne peut servir Dieu et l’argent ». Il ne s’agit pas du terme ‘’chercher’’ mais bien ‘’servir’’. Entendons-nous bien, le terme « servir » est sans ambigüité. Servir l’argent, c’est s’en rendre esclave, c’est laisser sa pensée et sa volonté dominer par l’avoir au point d’oublier Celui qui en est l’Auteur. C’est un asservissement. Est-il sensé confondre la créature au créateur au risque d’exalter la créature et mépriser le créateur ?

 

Tout l’essentiel de ce passage biblique (Mt 6, 24-34) est un appel au fondement de la foi : donner priorité à Dieu en tout, même aux pires moments de notre vie. L’expression de foi du second Isaïe (Is 49, 14-15) mérite une grande considération dans ce sens. Les juifs se trouvent être déportés à  Babylone et expérimentent la souffrance, la faim, le dénuement, et ‘’l’abandon de Dieu’’. Dans ce contexte, Isaïe réaffirme sa confiance en invitant le peuple à faire de même, partant de la relation entre une femme et son enfant : « est-ce qu’une femme peut oublier son petit enfant, ne pas chérir les fils de ses entrailles ? Même si elle pouvait l’oublier, dit le Seigneur par la bouche du prophète, « moi, je ne t’oublierai pas ». C’est alors et seulement dans une relation de confiance en Dieu que tout peut renaître.

On pense souvent que se confier à Dieu serait une utopie religieuse pour ceux qui s’y plaisent: « Dieu ne saurait m’abandonner ; j’ai confiance en lui ; je sais qu’il agira pour moi ; je n’ai de refuge qu’en lui ; mon salut viendra de lui » (Cf PS. Cette « utopie religieuse », si ainsi pouvons-nous l’appeler, est l’expression d’une foi absolue, celle qui « cherche le royaume de Dieu et sa justice ». Rassurez-vous ! Elle paie toujours…et il faut la préférer à la « foi des intelligents ».

« Ne vous faites donc pas tant de souci…d’ailleurs, qui d’entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ? ». Jésus a raison et il avait entrevu notre époque : à force de soucis, on souffre de stress, d’hypertension artérielle et d’AVC (Accident vasculaire Cardiaque). Et tout cela, à cause du « dieu argent ». Dieu, le nôtre est contre la mort de l’homme. « Vous ne pouvez donc pas servir Dieu et l’argent ».

TELECHARGER LA MÉDITATION ET LES TEXTES DE CE DIMANCHE

Pére BASSON Joseph

Père BASSON Joseph

 

 

2 Commentaires

  1. Ça serait très très difficile de le respecter surtout nous sommes dans un monde que rien ne va…seulement il faut qu’ on demande pardon chaque jours de notre vie et demander au tout puissant de nous donner la force d’avoir la foi pour pouvoir le servir. ..amen

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom