Colloque Dn Bosco

Premier jour du colloque
« Joie et enthousiasme » sont les mots maîtres qui animaient les salésiens et salésiennes en formation initiale, à la première journée du premier colloque qu’abrite la maison Don Bosco d’Akodéssewa au Togo, les 7, 8 et 9 Avril 2015, organisé à l’occasion du Bicentenaire de la naissance de Saint Jean Bosco, et l’année de la vie consacrée.
Après les mots d’ouvertures et présentations des provinciaux et du régional, juniors FMA, stagiaires SDB et post novices SDB ont réfléchi autour du thème portant sur : la passion en héritage, et Défis pour la vocation et la mission à partir des derniers chapitres généraux FMA et SDB, animé respectivement par la Sœur MIET pour la matinée et les pères Faustino, Américo et la sœur Auxilia pour la soirée.
Dans la matinée, en nous aidant à rentrer puiser à la source de la passion qui animait Don Bosco en son temps, la sœur Miet BOËL a invité les participants (es) à ne vivre que de cette même passion, pour le Christ et pour le salut des âmes pauvres. Après cet échange avec la sœur Miet, ont suivi le temps de pause, le travail en groupe, la mise en commun et le repas à la maison Don Bosco.
Dans l’entretien de l’après midi, les pères Faustino Garcia et Americo ont présenté, le vécu du Primat de Dieu en s’appuyant sur les trois dimensions de notre consécration (conseils évangéliques, communauté et mission) et le méta noya de notre vie communautaire et missionnaire, comme étant le chemin à parcourir pour devenir des véritables témoins de la radicalité évangélique, selon le CG27. La sœur Auxilia (provinciale des sœurs FMA en AFO) quand à elle, est revenue sur l’un des moments forts du CG XXIII FMA qui était l’écoute des Laïcs et des jeunes, afin de leur redonner dans la mission salésienne, la place originelle que Don Bosco avait souhaitée.
Il était 20h30 quand la première journée du Colloque Don Bosco, Vocation et Mission prit fin ; elle fut sanctionnée par un beau dîner fraternel, précédé des vêpres, moment d’action de grâce au Seigneur pour ce jour qu’il fit pour nous salésiens et salésiennes.

Aristide KIBENE, post novice.

Deuxième journée de travail du colloque
La deuxième matinée de travail du colloque SDB et FMA en formation initiale a été centrée sur le thème : Les défis de la mission « ad gentes » en Afrique. Débutée ce mardi 08 avril 2015 aux environs de 8h 30 à l’ISPSH Don Bosco, il a été présenté par le Père Jésus Benoît BADJI, directeur de la Maison Don Bosco (Lomé). Après avoir planté le décor de son intervention à l’aide du Décret sur l’activité missionnaire de l’Église « Ad Gentes », il a tour à tour décliné le thème en plusieurs points à savoir : la physionomie de l’Afrique, la prise en compte de sa propre histoire, le passage de la multi-culturalité à l’inter-culturalité ou mieux encore de la diversité à la différence, le dialogue interreligieux, la pastorale familiale, la nécessité de l’inculturation et en fin la nécessité de la figure du Bon Pasteur.
A 10 heures 30, après une demi-heure de pause, les réflexions en groupe ont durée une heure d’horloge, puis la mise en commun et quelques interventions de participants et du Provincial.
La matinée prit fin avec le déjeuner partagé en famille à 13 heures à la Maison Don Bosco.
Emmanuel LOKOSSOU, post-novice

Dans l’après-midi, l’occasion a été donnée à la Sr Géneviève Müller (FMA) et le Père Franck AMETEPE (SDB) de partager avec les participants (es) du colloque quelques lignes de leurs expériences personnelles salésiennes.
En effet, la Sr Géneviève Müller s’est appuyée sur ses expériences de mission avec les enfants en situation difficile et le texte biblique des disciples d’Emmaüs pour offrir à l’assemblée la ferveur et l’enthousiasme de la mission. Dans son intervention, elle a insisté sur le fait qu’il n’existe pas d’enfants difficiles. Cependant, il nous revient de connaitre quelques moyens qui peuvent nous aider en tant qu’éducateurs (trices) à percevoir en chaque enfant la solution aux problèmes. Donc, l’éducateur ou l’éducatrice doit procéder par sa proximité, sa présence active pour trouver les moyens d’aider l’enfant puisque chaque enfant a aussi quelques choses à nous offrir pour suivre le Christ.
Le père Franck dans sa partie, nous a rappelé le sens communautaire de la mission. En partant des Saintes Ecritures, du Magistère de l’Eglise et de la littérature salésienne, il nous a fait comprendre que ce sens communautaire fortement vécu favorise l’épanouissement de tous les membres et la continuité dans la mission.
Après les deux témoignages suivis d’une pause, la seconde partie des témoignages s’est accentuée sur les témoignages successifs du Fr Bertin DIARRA (de la communauté de Sikasso), de la Sr Bérénice GOUDJO (de la communauté de Cotonou) et du Fr Auguste KAMBIRE (de la communauté de Gbényédzi).
Pour finir en beauté ce deuxième jour dudit colloque, à 18h 30, toute l’assemblée s’est dirigée vers la maison Don Bosco pour la prière des vêpres suivie du diner et de la présentation du film des Martyrs de fraternité de Burundi.

Bénédicta SANBENA, fma de la communauté de Bamako.

Le troisième jour du colloque
L’après-midi du dernier jour a été consacré à une table ronde réunissant les Pères Boris TOGBE et Franck AMETEPE, tous d’eux salésiens de Don Bosco et la sœur Miet BOËL, FMA autour de la thématique : « La Formation au service de la vocation et de la mission salésienne ». Chaque communicateur a présenté pendant 10 mn, un petit exposé sur le thème. Nous pouvons retenir en grosso-modo que la formation permet d’approfondir la motivation de chaque appelé en vue d’une bonne mission.
Nous eûmes droit à une pause après que les intervenants ont élucidé les ombres des participants par rapport aux inquiétudes posées. Nous passâmes après à l’évaluation du colloque puis au mot de clôture du provincial de l’AFO en la personne du Père Faustino qui nous a invité à concentrer notre attention sur notre vocation et notre mission tout en regardant le Christ et Don Bosco, trouvant en eux un même cœur, un cœur commun ; celui du Bon Pasteur qui aussi est le nôtre.
Pendant l’Eucharistie de clôture présidée par le Régional, le Père Américo CHAQUISSE, nous avons été invités à être des chrétiens authentiques et à témoigner de notre vie de consacrés auprès de nos destinataires. Les participants ont eu droit après à un repas fraternel qui s’est débouché vers la soirée récréative où Post-Novices, FMA et Stagiaires ont esquissé quelques pas de danse pendant 20 mn.
Le Régional a mis fin à la rencontre avec le mot du soir en remerciant tous les participants de ce colloque et en invitant chacun à faire siennes les valeurs reçues.
Colloque 3
Colloque 7
Colloque 13
Colloque 15
Colloque 10

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom