3-copie

Homélie du premier dimanche de l’Avent (2016)

Il y a une semaine, nous avons clôturé l’année C avec la solennité du Christ Roi de l’Univers. La clôture de cette année liturgique C stipule aussi l’ouverture d’une nouvelle année liturgique. L’année liturgique s’ouvre par le temps de l’Avent. En effet, avec ce premier dimanche de l’année liturgique A, nous entrons aujourd’hui dans le temps de l’Avent (l’avènement). C’est le début d’une nouvelle année liturgique. Les trois premiers dimanches vont nous orienter vers l’attente du second avènement du Christ qui conclura l’histoire du monde et de l’humanité. Cet avènement du Christ concerne TOUS les vivants, y compris ceux qui ne le savent pas. Nous croyants, nous avons pour mission de témoigner de cette attente tout au long des semaines qui nous préparent à Noël. Il ne s’agit pas de préparer une fête qui oublie l’essentiel, mais de se tenir en éveil. Les trois lectures bibliques de ce dimanche nous invitent à changer notre regard sur le temps que nous vivons. Elles nous en rappellent le but ultime des croyants. Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob qui s’est fait connaître à Moïse est le Dieu de tous les peuples. Au nom de cette foi, le prophète Isaïe nous annonce qu’un jour viendra où toutes les nations se tourneront vers Jérusalem. Cette ville deviendra le signe du salut universel. La paix aura remplacé la guerre. Toutes les nations viendront célébrer la paix et le bonheur. Nous nous y préparons en marchant chaque jour “à la lumière du Seigneur.” Il faut dire que l’image de la montagne utilisée par le prophète Isaïe pour parler du rassemblement universel est particulièrement significative. En effet, elle suggère qu’en montant vers Dieu, les hommes se rapprochent les uns des autres. Leur centre d’unité sera l’obéissance à la parole de Dieu. Ainsi, la foi en Dieu, loin de diviser les peuples sera plutôt leur facteur de cohésion. C’est le lieu de rappeler aussi qu’au moment où le prophète Isaïe prononçait ses paroles d’espérance, le royaume du Nord venait de s’écrouler sous l’assaut de l’envahisseur tandis que des cris de guerre et le bruit des armes faisaient frissonner les habitants. C’est dans ce contexte de désolation qu’Isaïe lance un appel à la confiance en Dieu.
C’est aussi ce message que saint Paul adresse aux chrétiens de Rome et à chacun de nous. Il nous invite tous à une intensification de la vie chrétienne. À son époque, on attendait le retour imminent du Seigneur dans la gloire. Les années ont passé et rien ne venait ; pas de manifestation glorieuse du Christ ressuscité. Alors l’apôtre recommande à tous une vigilance active pour se préparer à rencontrer le Seigneur. Car « le salut est plus près de nous qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. La nuit sera bientôt finie. Le jour est tout proche. » En attendant, nous sommes invités à nous revêtir du Christ Jésus et à nous tenir prêts en permanence. En écoutant l’Évangile, nous avons peut-être pensé à toutes les arches de Noé de nos magasins. Depuis les peluches jusqu’aux jouets électroniques, c’est un véritable déluge de gentillesse, de douceur et de rêve qui se prépare. Mais l’Évangile nous parle d’un autre déluge, celui qui est resté dans les mémoires comme la catastrophe. La Bible nous raconte comment Noé avait assisté à la montée inexorable des eaux. Il avait pris ses dispositions. Maisles gens qui ne s’étaient douté de rien ont tous été engloutis. Tout cela nous renvoie à ce qui se passe dans nos capitales inondées de lumière en pleine nuit, envahies par les fêtes et par la musique commerciale ; beaucoup ne se doutent de rien : c’est le temps des fêtes. Mais un jour, c’est l’accident, la catastrophe, la violence terroriste :Veillez donc, nous dit Jésus ; tenez-vous prêts vous aussi”. Nous savons tous que nous ne devons pas nous endormir au volant de notre voiture, sinon, c’est la catastrophe. Ne prenons pas le risque de nous endormir au volant de la conduite de notre vie. Jésus insiste :Tenez-vous prêts, vous aussi”. Ne vous laissez pas distraire. Ne laissez pas passer votre chance. Nous avons une nouvelle arche de Noé : c’est la communauté des baptisés et elle est encore accessible. Toutes les familles de la terre sont invitées à marcher à la lumière du Seigneur. Nous nous y entraînons dans nos assemblées par nos chants, nos cantiques, nos prières. C’est là que s’exerce la vigilance demandée. C’est là que nous nous habillons pour le combat de la lumière.

Veiller, c’est agir sur tout ce qui doit changer dans notre vie ; c’est rejeter toutes les formes d’égoïsme et d’indifférence ; c’est renoncer aux comportements qui nous détournent de Dieu et des autres. Mais le plus important, c’est de revêtir le Christ et nous laisser habiter par l’amour et la Lumière qui sont en lui. Noël, c’est Jésus qui est venu ; il continue à venir dans notre vie de tous les jours et il reviendra dans la gloire. Il est plus que jamais nécessaire de bien le mettre au centre de notre vie et de notre prière. En fait, il est bien là, mais c’est nous qui sommes souvent ailleurs. Nous sommes toujours dehors à nous agiter et à courir dans tous les sens. Ce premier dimanche de l’Avent est là pour nous rappeler que nous sommes fils et filles de Dieu. Cela change tout dans notre vie de tous les jours.
L’Eucharistie qui nous rassemble, c’est encore et toujours le Christ qui vient. Il veut demeurer avec nous jusqu’à la fin des temps. Plus nous participons à l’Eucharistie, plus nous revêtirons le Christ. Il veut que nous soyons avec lui pour le rejoindre dans son éternité.
Seigneur Dieu Tout-puissant, donne à tes fidèles d’aller avec courage sur les chemins de la justice à la rencontre du Seigneur. Amen

 

Pére OTEKPO Dieudonné
Pére OTEKPO Dieudonné, sdb

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom