vide

Bien chers frères et sœurs en Christ !
En ce jour de pentecôte, l’Église nous invite à revivre ce grand mystère de dévoilement de Dieu à l’humanité. C’est une solennité qui nous conduit au sommet de la révélation de Dieu qui s’est montré aux hommes de manière progressive. Le Père qui accompagne et veille sur son peuple et sur chaque être ; le Fils qui a pris notre condition humaine et a vécu parmi nous pour montrer la proximité de Dieu a l’humanité et par sa présence, nous élever à Dieu et nous introduire dans la communion trinitaire ; et l’Esprit Saint qui est cette présence invisible de Dieu qui accompagne et qui unit.
Justement, les textes ce jour de pentecôte nous donne deux enseignements essentiels sur cette troisième personne de la Sainte trinité que Dieu donne à tous ces fils de façon gratuite. Il s’agit de l’unité, non de la dispersion ; et la mission du pardon.
Le premier enseignement nous plonge dans la première et la deuxième lecture. L’expérience de pentecôte s’est produite lorsque les disciples étaient rassemblés. Ce n’est pas pour rien que la première lecture commence par cette expression : « Les disciples étaient rassemblés… » L’Esprit Saint construit et rend solide nos rassemblements et l’Église. Combien de fois nous avons besoin de bâtir nos Église aujourd’hui ? Pas en bâtiment, en pierres comme certaines présences en ont besoin. Mais en humanité, en valeur et en spiritualité. Nous n’avons pas besoin de nous disperser, mais de construire l’unité de l’Église. Cet enseignement est une réponse à la dispersion de la tour de Babel. Nous sommes divisés par nos langues, L’Esprit nous fait retrouver l’unité. Nous parlons la même langue, la langue de l’amour qui ne disperse jamais, mais qui unit et réunit. Que c’est beau de voir dans une même communauté un anglais et un français, un américain et un russe, un africain et un asiatique partageant la même mission et ayant le même dénominateur commun qui est Dieu, la Parole de Dieu.
Alors, celui qui dit qu’il a reçu le Saint-Esprit, notre baromètre pour le jauger, c’est qu’il doit unir et doit avoir le sens de l’unité. 
Le deuxième enseignement nous aide à découvrir cette lourde tâche que Jésus confie à ses disciples et aujourd’hui à nous : la mission du pardon. Mais je note une particularité. Jésus envoie toujours ses disciples et ses apôtres, cependant cet envoi d’aujourd’hui est précédé d’un geste, il souffle sur eux et leur donne le Saint-Esprit pour pouvoir accomplir cette mission. Chers Frères et sœurs, la mission que Jésus nous confie ne vient pas de lui-même, mais c’est une mission du Père pour pardonner. L’Esprit Saint fait de nous des hommes de pardon et de paix. Et d’ailleurs, la paix est l’un des fruits de l’esprit saint et lorsque nous recevons le pardon, nous avons la paix en nous-mêmes. Celui qui reçoit l’esprit est capable du pardon. Dans ce monde ou le pardon est difficile à faire, l’Évangile nous rappelle que nous recevons l’Esprit pour être missionnaires du pardon.
En cette fête de la pentecôte, que l’Esprit Saint fasse de chacun de nous un missionnaire de l’unité pour que nous soyons des constructeurs de l’Église et de nos sociétés et missionnaire du pardon, le pardon dont le monde a tant besoin. Ouvrons notre cœur à l’Esprit et ne le fermons pas. Amen !

Pére GAGLO Modeste
Pére GAGLO Modeste
PARTAGER
Article précédent3-6
Article suivant4-6
I am a web developer who is working as a freelancer. I am living in Saigon, a crowded city of Vietnam. I am promoting for http://sneeit.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom