DON BOSCO SUR LES TERRES DE L’AFO

Bamako – Mali, mercredi 1er février 2012

(Reportage : Barnabé NOUDEVIWA, sdb et Théophile KPABA, sdb
Photos: Malgorzata TOMASIAK, fma)

Si ses fils (les Salésiens de Don Bosco) sont venus en 1980 en l’Afrique Francophone Occidentale par le Sénégal, c’est le Mali, précisément la ville Bamako, qui a l’honneur d’accueillir Don Bosco lui-même par la présence de ses sacrés reliques. C’est par un vol spécial venant du Soudan du Sud que Don Bosco est venu à notre rencontre ce mercredi 1er février 2012 à 14h20.

Le directeur de la communauté de Bamako, P. Emílio Hernando, est alors appelé au salon d’honneur de l’aéroport International Bamako-Senou pour remplir les formalités administratives. Pendant ce temps la foule immense composée aussi bien d’enfants et de jeunes que d’adultes venus du Sénégal, de la Guinée Conakry et surtout du Mali était en liesse sur le parking. De partout on entend résonner des tambours, des cris de joie des hymnes à l’honneur de Don Bosco, souhaitant la bienvenu au « Père et Maître de la Jeunesse ».

A 15h05 une cérémonie d’accueil simple et symbolique a attiré une foule nombreuse de curieux. Par coïncidence le président de la coordination des jeunes de Bamako a pour nom Jean Bosco et c’est lui qui, au nom de toute la jeunesse, a dit le mot de bienvenu à Saint Jean Bosco. Après lui, un autre Jean prend la parole pour souhaiter la bienvenue à Jean Bosco, il s’agit cette fois-ci de Monseigneur Jean Zerbo, Archevêque de Bamako qui invoque Dieu pour que la venue de don Bosco apporte beaucoup de bonheur au Mali surtout la paix en ce temps où des troubles politico-militaires menacent le nord du Mali.[1]

Ensuite le cortège encadré par les motards et la police s’ébranle sur le terrain de la nouvelle cathédrale de Bamako. Don Bosco rentre donc dans l’histoire de l’église et de la société Malienne. A 16h58 commence la messe solennelle. Elle est présidée par l’ordinaire du lieu et concélébrée par plus d’une trentaine de prêtres. Une cérémonie riche en signe : les limites, les difficultés des jeunes du Mali symbolisées par une corde avec des nœuds, tandis qu’un bouquet de fleurs exprime les efforts accomplis par tous, pour le bien vivre ensemble, efforts qui doivent germés pour fleurir davantage ; enfin l’eau – source de vie et d’espérance – bénédictions pour nos terres et nos peuples.

Le peuple a honoré et vénéré Don Bosco. Tu es aujourd’hui parmi nous, Don Bosco et nous sommes émus. Jamais nous n’avons été si proche de toi, nous pouvons te regarder, te toucher, te parler, et toi tu parleras dans nos cœurs.

Après la messe, l’urne de Don Bosco a été vénérée par tous les fidèles présents. Puis Don Bosco s’est rendu dans la communauté des salésiens de Bamako. Il y restera toute la nuit entouré de ferventes prières du peuple de Dieu. Le jeudi 02 matin, ce sera le tour des Filles de Marie Auxiliatrice (fma) d’accueillir Saint Jean Bosco dans leur Communauté à Niamana. Il poursuivra ensuite la route vers Sikasso.

« Don Bosco reste avec nous…! » C’est sûrement le cri qui jaillit du cœur des nombreux fidèles présents. Cri auquel le Provincial, Père Faus GARCIA répond dans son homélie : « Même si tu pars, reste toujours  avec nous, intercède auprès du Père, pour qu’Il continue de susciter de jeunes garçons et filles en Afrique, disponibles à donner leur vie pour le Christ, en travaillant au salut des enfants et des jeunes. »



[1] Depuis quelques semaines le Mali mène un conflit armée avec les rebelles qui attaquent le Nord du pays.

1 COMMENTAIRE

  1. Je sais que le passage des reliques de Don Bosco par nos maisons de l’Afrique est en train de susciter un grand bien dans les coeurs de beaucoup des salésiens, des collaborateurs et des jeunes. Ma prière fervante consiste à demander un abondant fruit d’engagement apostolique parmi nous…

    Juan Carlos Valdiviezo SDB

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom