Grâces sur grâces : DON BOSCO A COTONOU

Cotonou – Bénin, mercredi 8 février 2012

(Reportage : François Coulibaly, sdb)

            Cette année pastorale 2011-2012 est une année toute particulière pour Bénin, une année pas comme les autres. Eh oui ! On entend souvent dire que « les années se ressemblent mais elles ne sont pas les mêmes. » Cet adage de la sagesse populaire est vrai pour nous qui sommes qui sommes ici au Bénin, car nous avons vu son application. Il dit ce que nous avons vécu, ou que nous vivons. En effet 2011 est pour le Bénin l’année jubilaire, l’année des 150 ans d’évangélisation, 150 ans de marche avec le Christ. Pour marquer cet événement, nous avons eu la joie d’accueillir le Saint Père chez nous du 18 au 20 Novembre. Cette éphéméride à fait bouger tout le pays sur les 1000 Km qui séparent le nord du sud, les chrétiens se sont mobiliser pour vivre l’événement. Ce fut un moment de grâces et de bénédictions pour notre pays.

En février 2012 du 06 au 10, c’est le tour de Don Bosco de visiter le pays et donner encore d’autres grâces à la population. Après la visite de Porto-Novo qui a pris fin le mercredi, Don Bosco est arrivé à la cathédrale Notre Dame des Apôtres de Cotonou, où l’attendait une foule de personnes. Tous les élèves de notre école professionnelle ont pu faire le déplacement à la cathédrale pour accueillir le Patron des jeunes. Disons que leur déplacement dans la ville de Cotonou (de notre quartier Zogbo à la cathédrale) n’a pas laissé la population indifférente, car nous avons fait un long cortège de moto (150 moto remorquant chacune 2 élèves, et 3 minicars) qui se déplaçait dans un bruit assourdissant de klaxons. Leur arrivée à la cathédrale c’est aussi faite remarquée avec les chants, les danses dans l’attente de Don Bosco.

 

C’est vers 17h45 que notre père Don Bosco a fait son entrée dans la cours de notre Cathédrale en compagnie d’une délégation de Porto-Novo qui l’accompagnait et une de Cotonou partie le chercher. À l’entrée de l’église, Don Bosco a été accueilli avec le rite traditionnel. C’est par des chants de joie et des applaudissements de tonnerre que l’urne s’est positionnée devant l’autel, pour une autre prestation traditionnelle bien préparée et bien exécutée par la chorale Adjogan (une chorale de notre paroisse).

L’eucharistie a été présidée par  notre archevêque Monseigneur Antoine Ganyé, et c’est le provincial – P. Faus – qui  a fait l’homélie. A la fin de cette eucharistie, les fidèles ont eu droit à un moment de vénération devant l’urne. C’est le moment où chacun a pu toucher l’urne dans un profond recueillement ; la joie pouvait se lire sur les visages.

C’est dans la nuit vers 21h30 que Don Bosco est arrivé chez lui à Zogbo, où une foule immense et impatiente l’attendait depuis trois heures de temps. Nous avons de sérieux ennuis pour faire entrer l’urne dans l’église : il y a eu des bousculades et nos marguilliers ont eu du mal à maîtriser la foule qui s’est déchainé presque sur l’urne juste à la sortie de la voiture. Nous avons été débordé par le monde, peut être que nous avons sous-estimé la foule qui pouvait être présente pour l’accueil. C’est la faute de Don Bosco : il attire toujours du monde à lui !

 

C’est à 22h30 que nous avons finalement démarré le programme de prière. La coordination de l’enfance missionnaire a fait une célébration de la Parole avec le père et le maître de la jeunesse, au cours de laquelle ils ont repris l’épisode de la rencontre de Don Bosco avec Barthélémy Garelli.  En 5 minutes de représentation scénique tout fut compris, l’essentiel du message fut donné à l’assemblée. Les enfants de la paroisse ont ténu durant toute la célébration. Malgré l’heure avancée dans la nuit, ils sont restés avec leur Papa avant de regagner leur maison, pour laisser la place à la veillé mariale qui a mis fin à la journée vers 00h30.

Le lendemain matin, les Salésiens de Don Bosco de la communauté de Zogbo, accompagné par le provincial et d’autres salésiens présents, ont prié les laudes devant l’urne, en présence de quelques fidèles. Ce fut notre temps à nous, le moment où nous avons pu parler avec notre père Don Bosco. De toute évidence, chacun, malgré la fatigue de la veille, a pu prier et prendre le temps pour dire une parole personnelle et en écouter de la part de Don Bosco. Cette journée du jeudi, deuxième jour du pèlerinage de Don Bosco fut pleine.

 

C’est ainsi qu’à 8h25 Don Bosco faisait son entrée dans la cours de notre École Professionnelle. Au portail de l’établissement nous avons procédé à la petite cérémonie d’accueil soigneusement préparée par les élèves, Don Bosco fut escorté jusqu’au cœur de notre amphithéâtre qui d’ailleurs a refusé du monde à cause des nombreux fidèles, parents élèves venus s’ajouter à nos élèves et aux étudiants de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO). Cette célébration dans le sein de notre école fut présidée par le père Faus, notre provincial. En vue de permettre à toute l’assemblée de toucher l’urne de Don Bosco, on a du opérer quelques changements dans le programme de la célébration pour permettre à chacun de se recueillir devant la relique. Nos élèves ayant bien préparé les chants ont tous chanté à l’unisson l’hymne à Don Bosco avec joie et beaucoup d’engouement. La célébration de la parole a eu pour particularité la participation des élèves, des parents d’élèves, et aussi des professeurs. Tous ont tenu à avoir une place pour dire un mot à Don Bosco.  Dans son homélie le provincial, est revenu plusieurs sur une expression  pour les jeunes présents à la célébration «Ne vous amusez pas avec votre vie, ne soyez pas médiocre ». Une façon d’inciter les jeunes à être excellents, ce que notre père a toujours prêché et que nous aussi nous disons à nos destinataires d’aujourd’hui. La célébration prit fin à 9h15mn. Don Bosco continua randonnée pèlerine.

A 9h40 Don Bosco entrait dans la cour des sœurs salésiennes pour une autre célébration de la parole avec les élèves et les parents d’élèves. Après cette autre célébration, le cortège pris la route pour la messe à la paroisse Saint Jean Bosco de Sètovi – une de nos anciennes stations secondaires devenue paroisse. Ensuite ce fut le tour d’une autre ancienne station secondaire de recevoir Don Bosco – la paroisse Marie Auxiliatrice de Minontin.

Après tous ces tours, c’est à 15h00 que Don Bosco est revenu chez nous à la paroisse pour une célébration cette fois-ci avec les élèves des écoles primaires catholiques installées sur le territoire de la paroisse : l’école primaire alternative Saint Joseph dans notre paroisse, Émilie de Villeneuve des Filles de l’Immaculée Conception, Padre Pio des Filles de Padre Pio. Les enfants étaient très nombreux à venir pour la vénération de Don Bosco, environ 400 dans l’église accompagnés des religieuses et des instituteurs. A la suite des enfants, ce sont les catéchistes qui sont passés pour la vénération.

A 18h30, Don Bosco se retrouve à la grande paroisse Saint Michel de Cotonou, où il y a eu une messe pour les jeunes du diocèse présidée par le nonce Apostolique Mgr Michael Blume.  Tout comme à la cathédrale, à la fin de la messe les fidèles ont eu droit à un moment de vénération devant la relique. A cause du nombre des fidèles et surtout de ceux qui faisaient tripler leur passage devant l’urne nous sommes arrivés à la maison avec un peu de retard par rapport au programme retenu.

Prier fortifie la foi, et permet de nous maintenir en contact avec Dieu. Un saint peut nous obtenir des grâces auprès de Dieu ; il peut nous aider, en imitant sa vie à nous rapprocher de notre Créateur. Nous pensons que c’est peut être cela qui a permis à nos fidèles de rester toute la nuit durant avec Don Bosco pour la veillée. Tous les groupes de la paroisse, toutes les coordinations des groupes et associations ont eu leur tour pour prier Don Bosco, de 23h00 à 9h00 du matin.

Le vendredi, dernier jour de la visite de Don Bosco à Cotonou, ce jour devint le jour le plus difficile pour certaines personnes. C’est le jour de l’au revoir, c’est le jour de la séparation, nous ne verrons plus Don Bosco. Il va nous quitter, même si son esprit reste avec nous, mais c’est encore plus intéressant quand il est présent. Après deux mois de travail intense qui a mobilisé toute la paroisse – les jeunes les enfants qui déjà en décembre portaient leur tricot annonçant l’arrivée de Don Bosco, les personnes âgées, toutes les personnes de bonnes volontés de Cotonou – Don Bosco va nous quitter. La séparation est difficile, et pourtant il faut bien se quitter pour mieux revoir, il faut qu’il nous quitte pour permettre à d’autres personnes de le rencontrer. C’est donc au cours d’une grande messe présidée par le provincial que le mot d’au revoir fut donné par le père Adolphe curé de la paroisse. Étaient présents à cette messe tous les élèves de notre école, ceux de l’école Laura Vicuña des salésiennes, ceux du primaire de Saint Joseph, des religieux et religieuses, et quelques prêtres du diocèse

Après la messe, c’est à 14h00 du Bénin que Don Bosco a repris la route, cette fois-ci pour le Togo. Il est accompagné par une forte de délégation de la paroisse ; des jeunes, des coopérateurs et d’autres amis de Don Bosco jusqu’à la frontière Bénin-Togo. Le père  Paul Wogomebou , maître des novices de Gbodjomé et directeur de la maison que Don Bosco visitera à la suite était venu à Cotonou pour accueillir notre père. C’est à la frontière que Don Bosco a été remis officiellement aux confrères de Gbodjomé au cours d’une petite cérémonie accompagné par une fanfare et des danses traditionnelles.

Don Bosco a passé 3 jours avec nous à Cotonou, que nous reste-t-il de son passage ? Que retenons-nous de ce bref moment ? C’est sûr que nous saurons les grâces que nous avons obtenues plus tard. Il serait, tout de même judicieux de faire un petit bilan de ce que nous avons fait avant, pendant et aussi ce que nous ferons après. Un autre aspect aussi important que le premier est celui de la prière personnelle. Nous les salésiens nous étions au four et au moulin à la fois, c’est vrai que nous avons travaillé avec des collaborateurs, de nombreux laïcs mais retenons que nous en avons fait beaucoup. La question qui pourrait sortir de cette petite analyse est la suivante : avons-nous eu un temps calme pour parler avec Don Bosco ? Dans ces circonstances nous pouvons courir le risque de faire beaucoup de choses mais ne pas avoir de temps pour soi. A voir comment les évènements se sont déroulés, nous ne pouvons que nous réjouir de cette fête élargie avec laquelle nous avons honoré Don Bosco.

Galeries d’Images :

·  AFO- 10/02/2012 – Togo, Lomé #2

·  AFO- 10/02/2012 – Togo, Lomé #1

·  AFO- 10/02/2012 – Togo, Gbodjomé

·  AFO- 08-10/02/2012 – Bénin, Cotonou

·  AFO- 10/02/2012 – Bénin, Cotonou #3

·  AFO – 09/02/2012 – Bénin, Cotonou #2

·  AFO – 08/02/2012 – Bénin, Cotonou #1

·  AFO – 08/02/2012 – Bénin, Porto Novo – Foyer Don Bosco

·  AFO – 07/02/2012 – Bénin, Porto Novo – Paroisse St. François Xavier
·  AFO – 06/02/2012 – Bénin, Parakou
·  AFO – 05/02/2012 – Togo, Kara

·  AFO – 05/02/2012 – Togo, Bombouaka

·  AFO – 05/02/2012 – Togo, Dapaong

·  AFO – 04/02/2012 – Togo, Cinkassé

·  AFO – 04/02/2012 – Burkina Faso, Ouagadougou

·  AFO – 03/02/2012 – Burkina Faso, Bobo Dioulasso

·  AFO – 02/02/2012 – Mali, Sikasso

·  AFO – 02/02/2012 – Mali, Niamana

·  AFO – 01/02/2012 – Mali, Bamako

·  Don Bosco en AFO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom