Une messe veillée en honneur du père César Fernández a été dite ce jeudi 21 février à Gbodjome dans la préfecture des Lacs.
En communion avec Lomé où se déroulait également d’autres veillées de prières, cette célébration présidée par le père Emmanuel Thera, directeur et maître de novices à Gbodjome a été concélébrée par une vingtaine de prêtres à savoir : l’ancien provincial de l’AFO, Faustino Garcia, le vicaire épiscopal du diocèse d’aneho, chargé du clergé, P. Séverin Zinsou, le directeur de la maison Don Bosco, Adolphe Marie Akpoue et le délégué provincial de la pastorale des jeunes, Didier Meba. Trois prêtres de la province de Séville, province d’origine du père César notamment les pères Lucas Camino, Alejandro Guevara et Felipe Acosta ont également concélébré.
Cette messe a vu la participation de plusieurs fidèles de la communauté St Mathieu de Gbodjome ainsi que la soeur du défunt venue de l’Espagne, Mme Patrocinio Fernández et une délégation du Burkina Faso.
Dans l’homélie de circonstance, le vicaire provincial, Jésus Benoît Badji a relevé que César est entré dans la gloire de Dieu de la manière dont les plus fidèles serviteurs de Dieu entrent dans cette gloire. “César était parfaitement conscient du danger djihadiste ou terroriste qui plane dans la sous région. Cela ne l’a jamais freiné dans son élan missionnaire. Il n’a jamais voulu prendre l’avion pour voyager dans la sous région ! Pour lui, ce serait une faute contre le vœu de pauvreté qui lui est si cher”, a relevé le vicaire provincial.
Il a salué le parcours religieux riche et varié de l’illustre disparu. “Dans la formation des jeunes salésiens, il s’est fait une réputation au delà des frontières de Lomé. La réputation d’un homme sévère, d’un formateur dangereux, qui renvoie les novices à temps et à contre temps et donc à la moindre erreur !”, a t- il dit.
Pour finir son homélie, le père Jésus Benoît a invité le peuple de Dieu à rester confiant ” que le sang du père César n’aura pas coulé en vain! Le sang des martyrs est le ferment dont l’église a besoin pour continuer de fleurir. C’est l’eau dont l’église a besoin pour poursuivre sa croissance ! C’est la lumière dont l’église a besoin pour reverdir”.
La messe s’est poursuivie à l’ordinaire et l’instant pathétique a été la série de témoignage sur le père César, “un imitateur du Christ”, a souligné M. Sanou Aurelien, chef de la délégation burkinabé. Selon le père Séverin, le père César, nous a marqué par sa rigueur, “un prêtre qui a aimé la pauvreté”. Le vice président de la paroisse de Gbodjome, Folly Paulin, s’est incliné devant ” le zèle apostolique et missionnaire du père César “.
Cette messe veillée ouvre le bal à la série de prières organisées pour le repos de l’âme du père César, tué tragiquement le vendredi 15 février par un groupe d’hommes armés au Burkina Faso.
La grande veillée se tiendra ce vendredi à Gbeyendzi suivie de la messe d’enterrement le lendemain dans la même Église dont il a été l’un des bâtisseurs des années durant.

Jean Martin Amekouvo, Journaliste à Radio Maria Togo

En présence de la sœur du P. César
Le vicaire épiscopal chargé des religieux du diocèse d’Aneho

 

Les fidèles venus participer à cette célébration eucharistique
Le vice président de la Paroisse Saint Matthieu de Gbodjomé

1 COMMENTAIRE

  1. Vas, martyr Christo-Marial, César Bosco de Gbojome et intercèdes tout simplement, pour l’oeuvre de Don Bosco en cours, à laquelle, de bonne guerre, tu as donné ta part, tant désirée.
    Comme le Christ, tu as versé ton sang pour une bonne cause, comme le Christ, tu ressusciteras des morts et trôneras, à la droite du Fils à la droite du Père.
    Quelle bonne fin, de sincère mission!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom