Mgr Ambrose Madtha a connu la Côte d’Ivoire à une de ses périodes historiques les plus dramatiques : un pays bipartite, bicéphale, en pleine scission, plongé dans une profonde crise militaire aux affreuses conséquences socio-politiques déstabilisatrices.

 

Il s’est montré digne fils de l’Eglise, experte en humanité : Proche de tous, sans distinction aucune ni de religion ni d’ethnie, il a parcouru tout le pays, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest en passant par le Centre créant des ponts d’union et de communion entre les Ivoiriens. C’est sur une de ces routes, en pleine mission, qu’il a trouvé la mort, le lendemain de la fête de son Saint patron tandis que toute l’Eglise célébrait l’Immaculée Conception, en ce précieux temps de l’Avent. Il s’est voulu prophète du dialogue franc et sincère rêvant de vraie et épanouissante paix pour ce pays qu’il a tant aimé ; il y a prêché l’Amour, la Réconciliation, la Vérité et la Justice pour tous.

 

Homme d’une profonde spiritualité, il a été consolateur des blessés, des affligés, des refugiés, des malades, des affamés, des orphelins témoignant de l’amour de Dieu à tous. Répondant à toutes les sollicitations, il avait toujours du temps pour être là où on avait besoin de lui. En peu de temps, il a côtoyé toutes les sphères sociales : diplomates, hommes politiques, militaires, gouvernants ; présent aux médias aussi bien que dans les Eglises, temples, mosquées, hôpitaux et centres d’assistance sociale… Il a intégré le milieu et le cœur du monde ivoirien partageant ses soucis et ses espoirs au quotidien.

 

Chaque Ivoirien l’a connu et le regrette ; chacun retient un souvenir inoubliable de ce Nonce Apostolique qui, mieux qu’un fonctionnaire diplomate, s’est voulu frère, ami et pasteur de tout Ivoirien. Les témoignages fustigent de partout.

 

Il a reçu les honneurs militaires et une décoration à titre posthume en présence du chef de l’Etat. C’est en larmes et avec beaucoup d’émotions que le peuple de Côte d’Ivoire a salué le départ de sa dépouille mortelle en ce 13 Déc. 12, vers l’Inde, son pays natal. Que la terre de Mangalore lui soit légère ! Repose en Paix.

 

P. Denis SORO, sdb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom