Arribat Bx
Chers confrères,
Le 8 juillet 2014, le Saint-Père François a autorisé la Congrégation pour les Causes des Saints à promulguer le Décret concernant les vertus héroïques du Serviteur de Dieu Auguste Joseph Arribat, prêtre profès de la Société Salésienne de Saint Jean Bosco.
Cette étape vers la béatification et la canonisation de notre confrère est un don important pour notre Congrégation et pour toute la Famille Salésienne, en cette troisième année de préparation au Bicentenaire de la naissance de Don Bosco, et à la lumière du chemin entrepris avec le Chapitre Général 27. Il vaut la peine de regarder cette figure de prêtre salésien, authentique disciple de Don Bosco, qui vécut avec un cœur rayonnant de piété sacerdotale, plein de douceur et d’oubli de soi, avec un esprit pacifique et un visage marqué d’un sourire constant, humble et accueillant. Voilà un véritable « Mystique de l’Esprit », dont la présence, plus que les paroles, faisait percevoir qu’il était entièrement de Dieu et pour Dieu ; un « Prophète de la Fraternité », ennemi des « cancans », qui a vécu la charité comme style de vie ; et un « Serviteur des Jeunes », bien décidé non pas à se faire servir mais à servir, toujours présent au milieu d’eux, et disponible pour les services les plus humbles. Il s’agit d’un homme de bon sens, d’un religieux heureux, d’un Salésien réussi, d’un confesseur recherché et d’un guide spirituel sage.
Joseph Auguste Arribat est né le 17 décembre 1879 à Trédou (dans le Rouergue, en France). La pauvreté de sa famille contraint le jeune Auguste à fréquenter le collège de la maison salésienne de Marseille, à l’âge de 18 ans seulement. À cause de la situation politique du début du siècle, il commence sa vie salésienne en Italie, recevant la soutane des mains du bienheureux Don Michel Rua. Revenu en France, il commence, comme tous ses confrères, l’activité salésienne dans une semi-clandestinité, d’abord à Marseille puis à La Navarre (près de Toulon). Il est ordonné prêtre en 1912. Mobilisé pendant la première guerre mondiale, le voilà infirmier et brancardier. À la fin de la guerre, le P. Arribat continue à travailler intensément à La Navarre jusqu’en 1926, avant de se rendre à Nice où il demeure jusqu’en 1931. De retour à La Navarre, il y est Directeur et chargé, en même temps, de la paroisse Saint Isidore, dans la Vallée de Sauvebonne. Ses paroissiens le surnommeront « le Saint de la Vallée ». Trois ans plus tard, il est envoyé à Morges, dans le canton de Vaud, en Suisse. Il se voit ensuite nommé Directeur pour trois mandats successifs de six ans chacun : d’abord à Millau (Aveyron), ensuite à Villemur ( (Haute Garonne) et enfin à Thonon (Haute-Savoie) dans le diocèse d’Annecy. La période de sa vie la plus pleine de dangers et de grâces a été probablement celle de Villemur, pendant la seconde guerre mondiale. Revenu de nouveau à La Navarre en 1953, le P. Arribat y demeurera jusqu’à sa mort survenue le 19 mars 1963.
Sa vie est l’incarnation de l’expression évangélique : «Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir » (Mc 10,45). Il n’a refusé aucune sorte de travail ; au contraire, il recherchait lui-même à rendre les services les plus humbles. À cause de sa disponibilité pour les travaux de nettoyage, les novices l’appelaient « le chevalier du balai ». Il veillait les malades durant la nuit ; pendant la guerre, il cédait sa chambre et son lit aux confrères de passage, passant lui-même la nuit dans un fauteuil ou à la chapelle. On lui attribue des guérisons miraculeuses.
Dans toutes ses charges de responsabilité, surtout comme Directeur pendant plusieurs années et dans différentes maisons, le Père Arribat se comporte en Salésien exemplaire : toujours présent au milieu des jeunes, sur la cour comme à la chapelle, en classe de catéchisme comme à l’infirmerie ; il passe du réfectoire au dortoir, du confessionnal au jardin, toujours attentif à tout et à tous. Il a un immense respect et une grande délicatesse pour chaque personne, surtout pour les petits et les pauvres. Il veille sur la maison dont il est considéré comme le « paratonnerre », tel un nouveau saint Joseph. Visage ouvert et souriant, ce fils de Don Bosco ne repousse personne. Alors que sa maigreur et son ascétisme rappelaient la figure du saint Curé d’Ars, sa douceur et son sourire étaient dignes de saint François de Sales. Sa spiritualité était christocentrique et mariale, avec une dévotion particulière envers la Vierge Auxiliatrice.
Le don de la déclaration de Vénérabilité du P. Arribat est une invitation forte à tous les confrères à vivre avec une passion éducative et apostolique la présence parmi les enfants et les jeunes, en reconnaissant dans leur vie les fruits et l’action de l’Esprit, en partageant leurs problèmes et leurs souffrances et en invoquant pour eux la lumière et la force de sa présence.
Pour les Directeurs, il est un modèle de paternité spirituelle féconde, qui unit dans la communion et le ministère apostolique, moyennant l’exercice d’une charité attentive, disponible et généreuse, une autorité qui se fait service humble.
Pour tous les membres de la Famille Salésienne, il est un intercesseur pour implorer la grâce de vivre aujourd’hui avec joie la pratique du Système Préventif, l’esprit de sacrifice et de service.
Je vous souhaite de vous inspirer vraiment de cet exemple de sainteté salésienne, en en connaissant le témoignage et en demandant par son intercession la grâce du miracle qui ouvrira la voie à sa béatification.

Rome, 16 juillet 2014

P. Ángel Fernández A.,SDB
Rector Mayor

http://www.sdb.org/fr/Documents/Archives_Fernandez/Archivio_Fernandez/Venerable_Arribat_RM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom