Burkina F - Web
La Commission de rédaction de l’avant-projet de la charte de la transition (CRAPCT) a animé une conférence de presse, dans les locaux du Chef de file de l’Opposition burkinabé, le 10 novembre 2014. Cette rencontre a eu pour objectif de présenter aux hommes de médias l’avant-projet de la charte de la transition élaboré par la société civile, les partis politique de l’Opposition, les autorités coutumières et religieuses et l’Armée.
A l’unanimité, les membres des Organisation de la société civile (OSC), les partis politiques et les autorités coutumières et religieuses ont adopté le projet de loi de la charte de la transition, le 9 novembre 2014. Hier, 10 novembre, la commission de l’élaboration de la charte a présenté aux hommes de médias la charte en question. Pour Luc Marius Ibriga, cette charte doit constituer une base et une référence pour la gestion de la transition mais aussi un outil qui permettra de créer des mécanismes afin de consolider la Constitution. « La transition doit avoir une valeur éducative et plusieurs travaux de restructuration et de refondation seront entrepris en vue de renforcer la démocratie », a-t-il dit. Cette charte qui est bâtie autour de 6 titres et de 26 articles comporte, entre autres, les volets organes de la transition, vérité, justice et réconciliation. « Même si l’Armée n’a pas participé aux plénières, elle a apporté un écrit que les participants ont pris en compte dans l’élaboration de la charte », a expliqué Luc Marius Ibriga. Et de poursuivre en expliquant que l’ex-majorité ne sera pas totalement exclue des organes de la transition prévus par la charte et disposera de dix sièges sur les 90 que comptera l’Assemblée nationale de transition. La transition qui se veut un processus inclusif, prendra donc en compte toutes les parties. Quant à l’adoption définitive de la charte, elle se fera lors d’un forum qui associera encore toutes les parties puis la personne pour mener la transition sera définie par un collège de désignation.
AS
http://fr.africatime.com/burkina_faso/articles/luc-marius-ibriga-membre-de-la-crapct-la-transition-doit-avoir-une-valeur-educative

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom