Comme tous les autres jours de ce Chapitre, notre matinée de travail a commencé par l’invocation à l’Esprit, la lecture du procès verbal et quelques amendements. Après quelques précisions sur le programme de la journée, de la part du modérateur, la parole a été donnée au P. Eric Assoumou pour présenter le travail accompli la veille par les groupes sur le Directoire provincial. La méthode de travail a consisté à examiner le texte, chapitre par chapitre, surtout là où il y avait des amendements.

Pendant ce temps de travail intense, quelques ajustements ont été apportés également à la procédure d’adoption provisoire des articles. Il a été suggéré, en outre, d’introduire des références à certains textes normatifs de l’Eglise et de la Congrégation (Code du Droit canonique, Constitutions et Règlements).

Dans l’après-midi, après la prière dirigée par le P. Rafael Sabé, le P. José Elegbédé (Régulateur) a présenté aux capitulaires quelques modifications apportées au PEPS 2011-2016. Le Provincial a ensuite pris la parole pour présenter la question de la restructuration de notre Province et l’opportunité d’une délégation. Il a trouvé judicieux de rappeler tout le processus historique ayant abouti aux propositions actuelles sur la constitution d’une éventuelle délégation au sein de l’AFO. En synthèse, c’est depuis le temps du Père Manolo, en 2006, que le Conseil provincial a entamé une réflexion pour voir l’opportunité de proposer au Recteur Majeur d’initier une consultation dans la province sur la création d’une délégation. Le sondage lors du Chapitre Provincial de l’époque (CP3) avait donné 27 voix pour, 12 contre et 2 abstentions. Le Recteur Majeur avait néanmoins jugé prématuré d’entamer une pareille consultation. Plus tard, il proposa lui-même à toute la Région d’Afrique et Madagascar d’approfondir la question d’une possible reconfiguration de toute l’Afrique salésienne. Après des réflexions et propositions, il a procédé à l’érection de l’AFO et de l’AFW en provinces, la création de la Délégation du Nigéria, le jumelage de deux parties de l’ATE et de l’AFC (Congo Brazza et Kinshasa) en attendant d’en faire une délégation unique. Les réflexions que nous faisons actuellement en AFO ont été initiées sur une demande explicite du Recteur Majeur lui-même.

Les capitulaires ont posé de nombreuses questions pour mieux comprendre les enjeux de cette question de Délégation. Le Père Faus (Provincial) a essayé de dissiper les inquiétudes des confrères. Quelque soit ce qui adviendra, assure le Père Faus, la Côte d’Ivoire étant le siège de la province et le Burkina étant relativement distant par rapport aux autres possibilités de regroupement, ces deux pays ne feront pas partie de la Délégation s’il venait que le Recteur Majeur le décide.

Un moment d’échange a de nouveau été accordé à l’Assemblée ; les groupes se sont ensuite retirés, après une brève pause, pour une analyse systématique du PEPS et de la proposition de restructuration, qui s’est étalée sur tout le reste de la soirée.

Les photos du jour

Le comité de presse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom