Duékoué Web
La fête de Don Bosco a été à Déukoué à la mesure de l’œuvre, immense. L’année 2015, marquée par ce chiffre référentiel qui est le double centenaire a boosté la motivation à 200 % de sa force originale. La mission catholique de Déukoué : paroisse, CPAR, oratorio, famille salésienne a été pendant quelques jours ce qu’elle a été toujours, lieu de rencontre et d’espérance. Cette fois-ci, dans la joie et dans la fête.
Durant une semaine, le CPAR a aménagé son horaire pour que chaque jour un temps spécial soit consacré à la fête. Conférence historique sur les origines de la ville par un des chefs de la ville : en 1935 le colon blanc cherchant à tracer des routes a rencontré un jeune guéré qui venait d’abattre en éléphant (Doué Koué) et il s’est permis de baptiser ainsi la ville ; les élèves sont aussi des artistes et tiennent à l’expression de leur tradition culturelle et à dire en leur langue leurs joies et peines. Ils ont eu le temps et le public nécessaire pour l’exprimer. Ils ont rejoint le jeudi 29 les écoliers et élèves de la ville, libérés par décret de la DREN, pour pouvoir participer à la messe d’action de grâce pour le don de Don Bosco. Ils étaient plus nombreux que les deux milles places disponibles au podium de notre centre culturel. Toute la journée du vendredi 30 était consacrée à la fête, le DREP a ouvert la journée par une conférence sur l’enseignement professionnel dans notre département. Le conférencier a pu aussi répondre aux soucis des élèves. Avant le match qui a clôturé la journée nous avons pu passer un temps de kermesse et nous régaler d’un bon plat de riz.
La paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, elle est en année jubilaire sur tous les fronts, les 75 ans de la paroisse et le bicentenaire de la naissance de Don Bosco. Et c’est comme si Don Bosco la tenait en perpétuelle jeunesse. Nous avons déjà référé la messe qui a mis au cœur de la prière et l’action de grâce les enfants et les jeunes de la ville de Déukoué qui ont laissé quelques heures les bancs de leurs écoles publiques et privées pour se rendre à la Mission et honorer le Père et Maître de la jeunesse tout en se laissant interpeller par son message. Le soir les fidèles étaient nombreux pour participer au triduum de préparation de la fête. Ce jour la prière du chapelet a permis á la communauté de joindre Don Bosco dans l’action de grâces pour l’intercession maternelle de l’Auxiliatrice. Le vendredi, au cours de la messe, les différents groupes de la famille salésienne présente à Déukoué ont pu se présenter et dire leur engagement particulier dans l’spiritualité et mission salésiennes. Le calendrier fixe la fête liturgique de notre fondateur le 31, samedi cette année, donc à 6 h 30 les chrétiennes et chrétiens étaient nombreux pour célébrer en toute solennité la messe du jour. D’autres étaient sur la place publique pour mettre en place le départ du cross Don Bosco où toutes les catégories masculines et féminines avaient l’opportunité de courir pour Don Bosco. Cette fois-ci, non plus, n’a manqué l’appui logistique et sécuritaire des autorités et services de sécurité de la ville. Don Bosco donne à Duékoué l’opportunité de se montrer comme une grande cour salésienne. L’après-midi après la catéchèse, les groupes finalistes du concours biblique qui s’est déroulé tous les dimanches de janvier après la messe, se sont mesurés pour décanter les Servants de Messe au rang des vainqueurs.
L’apothéose a eu lieu le Jour du Seigneur, le dimanche premier février. Toute une journée pour se réjouir d’être chez Don Bosco. Elle commence par la messe à 8 heures avec toute la communauté paroissiale, les lectures du jour nous permettent de comprendre Don Bosco comme prophète pour les jeunes et l’éducation pour dire l’Amour du Père, mission qui est la nôtre aujourd’hui. Après la messe, la cour de la mission est devenue un vrai village en fête, tout le monde pouvait trouver où et comment exprimer sa joie : kermesse, jeux, concours de cuisine, espace détente… on n’avait pas besoin de rentrer à la maison tout était là. A 15 heures les finalistes du tournoi de foot ont décidé sur le terrain de jeux qui devait être le vainqueur. Il a eu des gagnants, gagnantes et des finalistes. Le dimanche s’est terminé au Centre Culturel Don Bosco avec le concert « zouglou » animé par des vedettes locales qui avec leurs musiques pénètrent le cœur des jeunes et avec les textes transmettent un message d’espérance et de paix. Rien de mieux pour clôturer la fête du bicentenaire Saint Jean Bosco surtout lorsque la RCI a fini le match et s’est taillé une place aux demi-finales de la CAN 2015.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrer votre nom